contrat-freelance

Contrat freelance, brief, feedback : ne vous faites plus facturer chaque demande de changement

Travailler avec un freelance présente de nombreux avantages : il peut intervenir ponctuellement pour faire face à une montée en charge ou travailler sur une tâche spécifique. De plus, les risques financiers sont considérablement réduits en comparaison d’une embauche classique. Néanmoins, si ce type de mode de travail se répand de plus en plus, nombreuses sont les entreprises qui n’ont pas tout à fait intégrer ses codes et opèrent comme s’il s’agissait d’un salarié.

Or, un freelance peu scrupuleux peut se retirer du projet quand bon lui semble si la relation de confiance est trahie ou que les conditions de travail se révèlent trop contraignantes.

Dans une collaboration avec un freelance, la demande de modification est sans doute l’un des points les plus sensibles. En cas de désaccord, comment faire pour que le freelance intègre les modifications sans vous les facturer systématiquement ?

Du contrat freelance au brief, sans oublier les avis, voici quelques pistes pour vous aider à sécuriser votre projet et faire en sorte que votre projet soit conforme à vos attentes afin de limiter, ou à défaut faire accepter, les modifications de produit.

Sécurisez votre projet avec un contrat freelance et un brief irréprochables

#Le contrat freelance ne doit rien omettre

Cela peut sembler logique mais encore trop de personnes, par négligence ou manque d’expérience, ne prêtent pas assez attention aux termes du contrat. Mais en cas de litige, c’est la première chose que chaque parti consulte avant d’engager d’autres procédures.

Rédiger un contrat freelance demande d’être vigilant car il ne doit établir aucun lien de subordination, sous peine que l’on vous accuse de travail dissimulé.

Néanmoins, vous pouvez prendre en compte la question des allers-retours dans l’objet du contrat, où vous aborderez les points-clés de la mission et ses conditions de réalisation. Le contrat doit être revu et négocié avec le freelance.

#Fournissez un brief exhaustif  

Ne négligez pas ce support de travail qui est la Bible du projet qui vous lie avec le freelance. S’il peut être modifié a posteriori après discussion avec ce dernier, le premier brief doit être limpide afin qu’il puisse se mettre directement à la tâche. De cette façon il ne perd pas de temps à faire des recherches fastidieuses, à se demander ce qu’on attend de lui pour finalement livrer un produit non abouti.

Vous n’avez pas l’expertise ou l’expérience nécessaire pour fournir un brief exhaustif à votre futur freelance ? Entourez-vous de professionnels ou faites appel à un consultant pour vous former aux rudiments du métier et vous accompagner dans cette étape cruciale, que ce soit pour le faire à votre place ou le modifier pour le rendre compréhensible et aussi complet que possible pour le freelance.

#Anticipez les embûches

Pour limiter les mauvaises surprises (car soyons honnêtes, il y en a toujours), le mieux est encore d’imaginer tous les scenarii possibles pour anticiper les problèmes. Cela vous aidera à mieux cerner les points bloquants, les difficultés du projet pour mobiliser les personnes nécessaires et prévoir un temps de réalisation suffisant.

Encouragez le dialogue

#Posez la question, tout simplement

Parfois, on peut passer à côté de quelque chose qui pourtant se trouve sous notre nez. Avant de consigner les conditions de modification dans le contrat, parlez-en au freelance, quitte à élaborer avec lui plusieurs situations où des retours seraient demandés.

#Communiquez régulièrement

En tant qu’ex-directeur de projet et CTO, j’ai piloté ou observé de nombreux projets IT. Pour ceux qui ont échoué, la même raison revient immanquablement : le manque de transparence.

Bien souvent, le client et le freelance ne sont pas alignés, ce qui mène rapidement à des problèmes de communication et à de la frustration.

Le meilleur moyen pour travailler en bonne harmonie est de consacrer du temps aux échanges verbaux, en commençant par présenter vous-même vos attentes et ouvrir les échanges avec le freelance. Ensuite, consignez le fruit de votre discussion dans un brief et faites-le lui valider. Une fois le projet commencé, n’attendez pas la dernière livraison pour vous rendre compte que le produit final n’est pas du tout à la hauteur de vos attentes. Demandez des points réguliers, prenez des nouvelles et montrez-vous disponible pour votre freelance.

#Apprenez à connaître votre freelance

Si écrire les choses permet d’instaurer une certaine sécurité et un cadre légal à la collaboration, il ne faut pas oublier l’aspect « humain », et cela commence par une rencontre. Est-ce que le freelance vous a fait bonne impression ? Est-ce qu’il vous a inspiré confiance ? Est-ce une plaie de discuter avec lui ? est-ce que les idées mettent du temps à se frayer un chemin jusqu’au cerveau ou au contraire, vos échanges sont-ils enrichissants ? Après tout, si vous êtes amené à être souvent en contact, autant que vous y preniez du plaisir non ?

#The past is not the past

Le meilleur moyen pour s’assurer du sérieux du freelance est encore de s’intéresser à ses précédents projets, et plus particulièrement sur la façon dont il a géré les retours client, les conflits et même les échecs. Qu’a-t-il tiré de ces expériences et comment ferait-il aujourd’hui ?

Une personne, quel que soit son statut, qui admet avoir connu des échecs et qui a su en tirer parti, dégage quelque chose de rassurant. Cette confession demande de l’humilité, une bonne capacité à se remettre en question et à être apte au changement pour se surpasser.

#Renseignez-vous

L’idée est de collecter autant de feedback possible pour faire le bon casting. Si vous recrutez un freelance via une plateforme, quelle est sa note globale et les commentaires à son sujet ? A-t-il beaucoup de recommandations sur la plateforme ou sur LinkedIn par exemple ? Pour aller plus loin, rien ne vous empêche de contacter une entreprise avec laquelle il a travaillé pour avoir son feedback.

Que faire si le freelance refuse d’intégrer les demandes de modification ?

Il peut arriver que certains freelances refusent de faire les changements demandés. Avant de lancer une procédure en justice ou de lui laisser un commentaire incendiaire sur les réseaux sociaux, je pense qu’il est important de prendre du recul et de ne pas agir sous le coup de l’émotion :

  • Quelle est l’envergure des modifications demandées ?
  • À quel moment interviennent-elles ? Y a-t-il eu des demandes préalables en ce sens ?
  • Est-ce dû à un non-respect du brief ?
  • Quel est le temps estimé pour faire la modification ?

Avant de rentrer dans le conflit, chacun doit être en mesure de procéder à son examen de conscience afin d’arriver à un compromis.

Pour résumer, je vous conseillerais de rencontrer le freelance, de discuter avec lui pour profiter de son expertise et pas seulement lui faire exécuter une tâche. Ensuite, consignez vos échanges d’abord dans un contrat, puis dans un brief. Ne perdez pas le fil en cours de collaboration et continuez à échanger régulièrement. Cette méthode, inspirée de l’Agilité, limitera les demandes de changements.

Enfin, soyez ouvert d’esprit : si le freelance a fait cette tâche d’une certaine façon, essayez de comprendre pourquoi. Est-ce finalement mieux que l’idée initiale ou est-ce que la consigne n’était pas claire ?

 

À lire également :

Expérience client : Comment reconnaître un mauvais freelance ?

Qu’attendez-vous pour travailler avec un développeur freelance ?

Compétences informatiques dans le monde : Le classement IT de l’Observatoire SkillValue 2019