Home Office, espace de coworking ou travailler chez le client

Freelance : Home Office, espace de coworking ou travailler chez le client ?

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

En tant qu’indépendant, la première question à se poser c’est de savoir d’où on souhaite travailler.

Bien sûr, c’est tellement tentant de se dire qu’enfin on va pouvoir travailler comme on veut depuis chez soi sans avoir besoin de perdre du temps dans les transports.

Même si de plus en plus d’entreprises proposent de la flexibilité pour leurs salariés et pour les différents prestataires avec lesquels elle travaille, en tant qu’indépendant, il faut se poser les bonnes questions : quel prix y mettre ? est-ce que cela va m’aider à développeur mon réseau ? et de quels services ai-je vraiment besoin ?

(1) Le prix

Désormais, c’est vous qui payez donc il faut que vous sachiez pourquoi et ce dont vous disposez à ce prix-là.

Chez vous c’est gratuit évidemment : vous pouvez même selon votre statut (Auto-entrepreneur, SASU, etc) vous payer un loyer pour l’occupation de la pièce dédiée à votre activité.

Les espaces de coworking sont très à la mode depuis quelques années mais leurs prix varient de 99 € HT (BT Coworking par exemple) à plus de 300 € HT par mois (Kwerk par exemple).

Travailler directement chez le client revêt alors l’intérêt d’avoir un espace de travail pro à dispo mais attention, c’est votre client donc vous ne pouvez pas travailler “comme chez vous” non plus: par exemple, mener deux ou trois missions de front alors que vous êtes chez lui peut s’avérer délicat à gérer…

(2) Le réseau pro

Chez vous, difficile d’augmenter votre réseau pro en restant dans votre appart : peut-être que vos voisins (à la retraite) seront rassurés de vous voir enfin entre 9h et 20h chez vous ou que votre gardienne saura quand vous déposer un colis, mais vous avez zéro chance de développer votre réseau « in real life »… (il vous faudra être à 100% sur les réseaux sociaux, ce qui, reconnaissons-le, est désormais incontournable).

Dans l’espace de coworking de votre choix : c’est normalement beaucoup plus facile et c’est la raison d’être du coworking mais alors il va falloir oser parler aux gens autour de vous alors qu’à priori, aucun projet ne vous lie à eux. Vous vous ferez sans doute de bons amis mais pas forcément tout de suite “actionnables”.

Chez votre client, là normalement, vous n’avez pas de raison de ne pas en profiter : laissez votre carte de visite et parlez autour de vous. On ne sait jamais : il y a aussi du turn-over en interne et on ne sait jamais qui on va recroiser plus tard.

(3) Les services additionnels

Chez vous, eh bien, à part votre machine à café perso : wallou, rien, nada…

Dans un espace de coworking, là cela dépend de l’espace et surtout des services que vous aurez choisis lors de votre inscription mais classiquement, vous êtes en droit d’attendre des évènements “networking” a minima voire des meetups sur des sujets qui vous intéressent.

Chez votre client, bon là, faut pas se mentir non plus : c’est compliqué d’exiger quoi que ce soit. Certains vous considèrent membres à part entière de l’équipe, certains vous font bien sentir que vous n’avez pas le même statut.

Quels services offrir et pour quelle profession ? Difficile de proposer quelque chose qui convienne à une population qui va du rédacteur au développeur en passant par le chef de produit.

Cependant, c’est là que réside l’intérêt : bénéficier du coaching d’un expert dans le management, identifier quelle techno sur laquelle se former, déterminer si une nouvelle tendance va se révéler être incontournable. Ce sont les sujets sur lesquels les indépendants ont besoin de soutien.

Et finalement, si la solution ce n’était pas de participer à une tribu ? Comme la Mutinerie.org ou Mangrove.io par exemple ?

A propos de l’auteur : Benoît Fillon

Lisez aussi :
Freelancing, outsourcing, salariat : Comment accéder à la ressource digitale
Freelances : arrêtons de les tondre à coup de commissions !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *